Reconversion professionnelle : Bilan de compétences ou coaching ?

Reconversion professionnelle : Bilan de compétences ou coaching ?

Reconversion professionnelle : Bilan de compétences ou coaching ? Comment choisir ?

La reconversion professionnelle a le vent en poupe ces dernières années. 20% des travailleurs Français seraient engagés dans un processus d’évolution professionnelle ! Si le traditionnel bilan de compétences a eu besoin d’être dépoussiéré, il peut intégrer maintenant de nouvelles méthodes qui permettent de rendre la prestation plus personnalisée et de tenir compte de la personne dans sa globalité et non uniquement à travers ses compétences.

 Trouver le projet qui te ressemble est la clef de voute de ton épanouissement professionnel. Ce projet n’est pas toujours simple à trouver et l’accompagnement reste encore le moyen le plus sûr et rapide de ne pas se tromper et d’oser.

Alors comment t’y retrouver dans les différents types d’accompagnement à la reconversion professionnelle ?

 

​En quoi consiste le bilan de compétences ?

Le bilan de compétences a été créé en 1991. Il reste à ce jour le dispositif de formation continue le plus connu, appuyé par le fait que ses possibilités de financement sont à ce jour les plus larges. Il est un dispositif encadré par le code du travail et répond donc à certains critères bien définis :

  • Durée de 24h sur 3 mois maximum
  • 3 phases bien distinctes
  • La restitution d’une synthèse

Le bilan de compétences a pour objectif d’analyser ses compétences, ses aptitudes et ses motivations, tant au niveau professionnel que personnel. Il permet également d’évaluer la faisabilité d’un projet ou d’un parcours de formation avant de prévoir les principales étapes de la mise en œuvre.

Si cet accompagnement n’aboutit pas toujours à un changement immédiat de métier, il est bien souvent la première étape du parcours de reconversion professionnelle, en permettant notamment de valider un projet de formation et donc d’appuyer une demande de financement.

Pour connaitre les détails du bilan de compétences

Quelles différences avec le coaching ?

Le coaching est un accompagnement qui se veut plus personnalisé. L’analyse de la personnalité est volontairement plus fine afin d’apporter des réponses sur un fonctionnement global. Le coach se penche sur tes besoins, tes aspirations et tout ce qui fera le socle de ta confiance en toi et de ta motivation. En partant d’aujourd’hui le coach d’amène à te projeter dans un futur réaliste et épanouissant.

Le coaching, par le biais d’échanges et d’exercices pratiques invite à se réapproprier son histoire professionnelle, à devenir pleinement acteur de son propre changement, pour ainsi définir le contour du job tant espéré.

L’accompagnement par un coach professionnel peut être initié dès le départ, dans un projet de réorientation, ou intervenir après un bilan de compétences si celui-ci n’a pas abouti à un objectif concret.

Le coaching se déroule selon des conditions qui ont été défini au départ, et au rythme qui convient à la personne.

Un autre article qui pourrait t’intéresser : Reconversion professionnelle : se faire accompagner par le coaching

Pourquoi choisir le bilan de compétences pour sa reconversion

Le bilan de compétences éclaire sur les compétences acquises qui pourront être transposées dans un futur métier. Des tests psychométriques sont généralement pratiqués pour étudier la personnalité au regard des différents corps de métiers existants.  Il est un bon moyen pour initier une première mise en action vers une reconversion professionnelle, pour valider un projet de création d’entreprise ou pour anticiper une évolution professionnelle.

Pourquoi choisir le coaching pour sa reconversion

Au-delà des compétences, le coaching professionnel est un bon moyen d’apprendre à se connaitre, d’identifier ses valeurs et ses besoins, mais également de prendre conscience de ses limites et croyances qui peuvent être des freins à notre réalisation.

 

2 en 1 : Et si le coaching faisait partie intégrante du bilan de compétences ?

Aujourd’hui, la pratique du coaching se démocratique et a tout à fait sa place dans le bilan de compétences. En alliant l’analyse des compétences et la connaissance de soi, les possibilités de réussites sur du long terme sont décuplées.

De nombreux praticiens explorent ces nouvelles méthodes qui permettent d’aller plus loin dans l’accompagnement tout en en étant plus juste.

C’est cette pratique que j’ai choisi. Les outils que j’utilise ont été éprouvés par les nombreux spécialistes du domaine et apportent une toute autre dimension au bilan de compétences. Ce croisement permet à mes clients de faire des choix éclairés et de mener un plan d’actions avec assurance et détermination.

Si tu envisages une reconversion professionnelle mais que tu ne sais pas encore vers quelle spécialité te tourner, je t’invite à prendre contact pour que nous évaluions ensemble ton besoin. Ce premier RDV est totalement gratuit et te permet de définir un premier objectif vers ton épanouissement professionnel.

Prendre un RDV gratuit

Envoyer un message

Les 5 soft skills à détenir pour l’entreprise de demain

Les 5 soft skills à détenir pour l’entreprise de demain

Quels soft skills faut-til avoir aujourd’hui en entreprise ?

 

La mutation des marchés et la course effrénée à la nouveauté implique une adaptation perpétuelle des entreprises pour rester compétitives. Qui dit adaptation des entreprises dit adaptation de sa ressource humaine. Depuis maintenant plus de 30 ans, en France, les études se penchent sur l’importance du relationnel et du comportemental dans la productivité même de l’entreprise. Aujourd’hui, ces compétences douces, les soft-skills, ont envahi toutes les discutions de l’univers RH. Alors voyons quelles sont les soft skills que vous pouvez mettre dès aujourd’hui sur votre CV ?

Une soft skill : c’est quoi ?

Littéralement  « douces habiletés », « doux talents », nous traduisons plus généralement ce terme par savoir-être, un savoir-faire relationnel qui se décrit par des attitudes et des comportements dans une situation donnée.

Mais les soft skills vont au-delà du savoir-faire relationnel et comportemental. Elles rassemblent :

  • des compétences psycho-sociales, en lien avec le relationnel, le travail en équipe, la motivation, les émotions
  • des compétences dites environnementales : connaissances de la culture d’entreprise et du secteur d’activité
  • des compétences managériales

Il s’agit des points clefs de notre personnalité, ceux qui font notre particularité.

En fonction de l’environnement ou du contexte, nous aurons tendance à mettre en avant ces soft skills ou au contraire, à les cacher. Au sein d’un groupe, toutes ces compétences individuelles s’associent pour donner des compétences synergiques lorsque l’on évolue au sein d’un groupe.

En situation de groupe, les compétences individuelles peuvent se compléter entre elles et, dans la synergie, faire apparaître de nouvelles compétences collectives appelées alors « compétences synergiques » » Eric Persais 2004

Pourquoi les entreprises ont tout intérêt à s’intéresser aux soft skills de leurs collaborateurs ?

Étudiés depuis le début des années 90, le sujet des soft skills connait un intérêt croissant depuis les années 2010 dans le monde de l’entreprise.

Au-delà de compétences techniques détenues par les salariés, nous nous sommes rendu compte que ces soft skills étaient la réponse aux différents nouveaux enjeux croissants et à la modification permanente des métiers. Ces soft skills s’avèrent être un des meilleurs leviers de performance individuelle et collective.

Pour une entreprise, la gestion des talents implique de mieux connaitre ses collaborateurs. Si dès le recrutement les soft skills d’un candidat sont étudiés avec attention, il est plus facile, à savoir-faire égal, d’objectiver son choix vers une adéquation profil/poste de travail et même adéquation du profil au sein d’une équipe. Il est alors possible de travailler sur une culture d’entreprise cohérente, de gérer les équipes de manière optimale et de favoriser un parcours de formation adéquat.

La gestion des soft skills apparait comme un véritable levier de fidélisation et de valorisation des collaborateurs et non un simple effet de mode.

« L’évolution du monde du travail, notamment avec la robotisation, l’automatisation et l’intelligence artificielle, nous oblige à miser sur le capital humain, donc les soft skills »

Jérome Hoarau - conférencier et co-auteur

Quel soft skills faut-il avoir aujourd’hui ?

En 1990, des études ont été menées par CISCO, IBM et microsoft pour faire apparaitre les 4 principales soft skills du futur, considérées comme critiques pour l’entreprise (les 4C) :

  • Créativité,
  • Esprit critique (critical thinking)
  • Communication
  • Coopération

En 2020, les 5 soft skills les plus attendues par les entreprises étaient :

  • Résolution de problèmes complexes
  • Pensée critique
  • Créativité
  • Gestion des équipes
  • Coordination

Aujourd’hui, en 2022, le monde du travail a connu et connait encore beaucoup d’incertitudes mais ces études restent toujours valables. 25% des salariés sont en télétravail ce qui a considérablement modifié les postes et les métiers eux-mêmes.  Alors quels sont les soft skills qui vont nous permettre de réagir de la manière la plus adaptée dans ce contexte ?

Les 5 soft skills de demain

Au regard des évolutions des métiers et des aléas économiques que nous connaissons en ce moment, les entreprises axeront leurs recrutements sur des profils adaptables, flexibles, à l’analyse critique et à la coopération dans toutes situations.

Adaptabilité et résilience : Surmonter les changements permanents

Adaptabilité et résilience sont très certainement les soft skills qui auront été les plus développées depuis le début de la crise sanitaire en 2020. Toutefois, l’émergence de nouveaux métiers, les transitions numériques et l’arrivée de l’intelligence artificielle favorisent aussi cet environnement instable et impose de savoir se réinventer en permanence et de rebondir à chaque évènements.

Cette demande d’adaptabilité va de pair avec la notion d’apprentissage : comprendre ses modes d’apprentissage et en maitriser la stratégie.

Le changement permanent demande aussi de savoir remettre en question les choses qui nous entourent : ne pas s’accrocher à ses idées, ne pas résister à la nouveauté et donc, lâcher-prise.

La pensée et l’analyse critique : résoudre des problèmes complexes

Il s’agit ici de notre flexibilité à nous remettre en question comme dit plus haut : être en mesure d’adopter un esprit critique pour s’ouvrir à l’autre et s’affranchir des certitudes. Ceci nous permet de mieux réagir aux difficultés, avec davantage d’efficacité à résoudre des problèmes toujours plus complexes. Pour cela, il est important de travailler sur ses croyances.

Intelligence émotionnelle : le soft skills de tout bon manager

L’intelligence émotionnelle est à la base de la communication et des relations interpersonnelles. Il s’agit de reconnaitre, comprendre et prendre du recul sur ses émotions, mais aussi celles des autres. Que ce soit dans le cadre de la gestion d’équipe, pour se créer un réseau, pour gérer des conflits ou pour négocier, l’intelligence émotionnelle facilite les interactions avec les autres. Aucun métier ne peut se targuer de se passer d’une telle compétence !

Coopération : win win

La coopération est cette capacité à travailler ensemble, dans un intérêt commun au regard de valeurs communes. Il est évident que la coopération fait partie intégrante du monde du travail, elle en est même un des piliers. Il s’agit ici d’accepter les différentes manières de faire en étant ouvert aux autres et donc, accepter les différentes personnalités. Ce soft skill permet le travail en équipe de manière harmonieuse et efficace mais également la création de réseau ou le partage de compétences. L’enjeu pour l’entreprise ici est de créer un environnement de travail qui favorise cette coopération, même à distance !

Curiosité et créativité : pour élargir notre vision du monde

La créativité n’est pas réservée aux seuls artistes ! Par créativité nous entendons capacité à faire émerger de nouvelles idées : faire une idée C en partant d’une idée et d’une idée B. Ce soft skills répond à un besoin d’innovation, il est un atout majeur de développement, et pas seulement pour les start-up. La curiosité quant à elle apporte ce goût de la découverte et de l’apprentissage. Lorsque nous agissons avec curiosité et créativité, nous favorisons notre intuition pour faire un pas au-delà de notre zone de confort. Cela se traduit également par cette capacité à travailler avec des personnes différentes, avec lesquelles nous pourrons échanger et confronter de nouvelles idées. 

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

C’est quoi un bilan de compétences

 

La définition du bilan de compétences

Le bilan de compétences est un processus d’accompagnement visant le développement des compétences et entrant dans le cadre de la formation tout au long de la vie. Il est accessible à toute personne qui se pose des questions sur son parcours et sur sa vie professionnelle.

On y parle expériences, compétences, mais nous abordons également les notions de valeurs, de besoins, d’équilibre vie pro / vie perso, de talents et de motivations. En bref, tous les ingrédients nécessaires à ton bien-être professionnel.

Le bilan de compétences repose sur une relation de collaboration, il est orienté par un objectif définis au départ.
Il vise à te permettre de développer ton potentiel d’employabilité ou d’évolution professionnelle, tes savoir-faire et savoir-être pour mieux t’adapter à ton environnement professionnel.

Sur une durée ne dépassant pas 24h, le bilan de compétences peut avoir lieu en présentiel ou en ligne.

 

Qui peut bénéficier d’un bilan de compétences ?

Le bilan de compétence est accessible à toute personne qui se pose des questions sur son parcours et sur sa vie professionnelle. Salariés du secteur privé ou public, en CDI ou CDD, demandeur d’emploi, chef d’entreprise … le bilan de compétences peut être un vrai tremplin pour ta carrière.

 

 

 

Pourquoi faire un bilan de compétences ? A quoi sert un bilan de compétences ?

Que ce soit pour envisager une reconversion, une formation ou pour faire un point sur ta carrière, le bilan de compétence te permettra de mieux te connaitre en faisant un état des lieux de ta situation professionnelle, en analysant ton parcours. Il apporte des réponses à l’élaboration d’un projet professionnel durable, solide et en cohérence avec tes aspirations, tes besoins et tes envies.

 

Comment se déroule ton bilan de compétences ?

Le bilan de compétences étant régit par le code du travail, il suit un processus bien précis et encadré qui peut malgré tout être personnalisé pour répondre au mieux à ta problématique. Je propose donc des bilans de compétences sur une durée allant de 15h à 24h répartis de la manière suivante :

Bilan de compétences sur 15h

Bilan de compétences sur 24h

–       7 séances de 1h30 en face à face

–       1h de tests psychométriques

–       4h de travail personnel

–       10 séances de 1h30 en face à face

–       1h à 3h de tests psychométriques

–       6h de travail personnel

 

Le bilan de compétences ou bilan de carrière se déroule sur 3 à 4 mois. Un travail personnel est demandé entre chaque séance. Il fait partie intégrante du processus du bilan.

 

Quelles sont les étapes du bilan de compétences ?

Le code du travail prévoit 3 phases :

Une phase préliminaire qui a pour objet :

  • De confirmer ton engagement et ta motivation
  • De définir et d’analyser la nature de tes besoins
  • De t’informer des conditions de déroulement du bilan

Une phase d’investigation qui te permet :

  • D’analyser tes motivations et tes intérêts professionnels et personnels
  • D’identifier tes compétences, aptitudes professionnelles et personnelles
  • De déterminer les possibilités d’évolution professionnelle

Une phase de conclusions durant laquelle :

  • Tu prendras connaissance des résultats détaillés
  • Nous recenserons tous les facteurs susceptibles de favoriser ou non la réalisation de ton projet professionnel ou de formation
  • Nous prévoirons les principales étapes de la mise en œuvre de ce projet
  • Je te remettrai le document de synthèse

 

Les méthodes pédagogiques utilisées

Chaque consultant en bilan de compétences a ses propres outils. Pour ma part, j’utilise beaucoup ceux venant du coaching : psychologie positive au travail, PNL, AT, life-designing. Autour de cela, les tests psychométriques sont un moyen d’orienter l’analyse sur des points bien précis de la personnalité.

 

 

 

 

 

Comment financer ton bilan de compétences ?

Le bilan de compétences peut être financé de plusieurs manières selon ta situation. Il peut même être pris totalement en charge, raison pour laquelle bon nombre de centres de bilans de compétences affichent « bilan de compétences gratuit ». Je n’adhère pas vraiment à cette notion du gratuit car ce n’est en pratique pas le cas. Un bilan de compétences n’est pas gratuit mais il existe différents dispositifs qui permettent de prendre en charge son coût.

Le bilan de compétences peut être financé par  ton CPF. Tu peux vérifier tes droits sur le site moncompteformation.gouv.fr

Il peut également être financé par le plan de formation entreprise. Dans ce cas, il est généralement à l’initiative de ton employeur.

Si tu es demandeur d’emploi, pôle-emploi est en mesure de financer ton projet de bilan de compétences, ou il peut aussi te proposer des dispositifs qui s’y apparentent sur une durée beaucoup moins importante.

Tu es travailleur du secteur public ? Le bilan de compétences peut être financé sur les crédits de la formation continue, après accord de l’administration.

 

Les travailleurs indépendants, auto-entrepreneurs, chefs d’entreprise peuvent demander la prise en charge par leur OPCA : FIFPL ou AGEFICE (information présente sur ton attestation URSSAF de contribution aux fonds de la formation professionnelle).

c’est quoi le coaching d’entreprise ?

c’est quoi le coaching d’entreprise ?

Qu’est-ce que le coaching professionnel ?

 

Définition d’un coach professionnel

Avant même de penser à devenir coach, le futur coach est une personne qui attire les confidences des gens qui l’entourent. Sans forcément le chercher, elle est une bonne oreille, avec des prédispositions à l’écoute et au soutien.

« Nous ne choisissons pas notre métier c’est lui qui nous choisit » Pierre Blanc-Sahnoun

Bien souvent expert dans un ou plusieurs domaines de l’entreprise, le coach a intégré la relation qui existe entre efficacité de l’entreprise et développement personnel des ressources humaines. Il peut même l’intégrer dans une notion de bien-être au travail.

Au regard de cela, il accompagne les personnes dans leur évolution personnelle et professionnelle vers l’atteinte d’un objectif. Il amène d’un point A, la position actuelle, vers un point B, la destination, en tenant compte du fait que ce n’est pas réellement l’objectif qui compte, mais plutôt le chemin qui est parcouru entre ces 2 points.

Le coach professionnel dispose de nombreux outils issus des divers courants de la psychologie et du management, mais « les seuls vrais outils du coach, ce sont ses yeux, ses oreilles, son intelligence et son intuition. Éventuellement aussi son empathie, sa bienveillance et son humour » comme le souligne Pierre Blanc-Sahnoun

Le coach en entreprise intervient dans différents domaines

Aujourd’hui, la course à la performance des entreprises impose aux salariés toujours plus et mieux. Et ce mieux est également arrivé jusqu’à notre vie privée où l’importance est mise sur le bien-être à chaque instant. Alors comment se retrouver ? Comment s’épanouir dans une société changeante et exigeante ?

Au sein de l’entreprise, le coach répondra à un besoin de soutien, de ressources et d’aide sur des sujets comme :

  • La prise de poste
  • La gestion le temps
  • Faire des choix
  • Améliorer les relations de travail
  • Équilibre vie pro / vie perso
  • La gestion des émotions
  • Être à l’aise en RDV
  • Apprendre à dire non
  • Établir ses priorités
  • Trouver un nouvel emploi
  • Renforcer la cohésion d’équipe
 

 

La démarche d’un coaching professionnel

Le coaching professionnel est un processus à part entière. Il ne s’agit pas de formation, il n’y a pas de transfert de compétences. Il ne s’agit pas non plus de prestation de conseils : le coaché est le seul expert dans son métier. Mieux qu’un conseiller, le coach amène le coaché à trouver lui-même sa solution.

J’aime beaucoup cette image qui est faite avec le pêcheur : le coach n’apporte pas les poissons au coaché, il lui apprend à pêcher lui-même.

Le coaching n’est pas non plus une psychothérapie : on ne va pas chercher dans le passé du coaché pour savoir pourquoi il agit de telle manière. On va s’intéresser au comment dépasser cela et comment améliorer le processus actuel. Il est important également de noter que le coaching ne s’adresse pas à des personnes en souffrance mais plutôt à des personnes en recherche de performances, de mieux-être.

Pour que le coaching puisse s’inscrire dans le temps, il est essentiel que la personne coachée ait envie de changer et accepte de se remettre en question. Il est également fondamental de croire en l’atteinte de son objectif.

Ces éléments seront vite décelés par le coach lors du premier contact.

 

Comment se déroule un coaching d’entreprise ?

Le premier contact

Ce premier contact peut avoir lieu de 2 manières différentes, selon que la demande de coaching émane du coaché directement ou de l’entreprise.

Dans le cas où le coaché serait lui-même demandeur du coaching, l’entretien aura lieu coaché/coach.

Dans le cas où la demande viendrait de l’entreprise, ce premier contact aurait lieu entre coach/entreprise, coach/coaché puis coach/coaché/RH ou manager direct.

Ce RDV est l’occasion de nous présenter mutuellement, de donner une première direction au coaching mais aussi de définir le mode de travail : durée du coaching, rythme des séances, lieu, confidentialité ….

Une convention de coaching est alors conclue entre les  2 ou 3 parties selon le cas.

Les séances

Les séances durent généralement de 1h à 3h. Pour ma part, je trouve qu’une séance de 1h30 permet d’approfondir un sujet sans ressentir trop de fatigue. Chaque séance sera espacée de 1 semaine à 2 mois.

Les premières séances seront consacrées à l’état des lieux de l’état présent. Une exploration complète de la situation.

L’objectif est ensuite affiné et les points de blocage identifiés. Différentes options sont alors émises.

Le coaching se termine après avoir établi un plan d’actions et de ressources possibles.

Entre chaque séance, il est possible que le coach donne des petits exercices pour approfondir ou aller plus loin dans la démarche. Ces exercices font partie intégrante du processus.

Le nombre de séances de coaching

Il est difficile de donner u nombre de séance nécessaire à un coaching car le nombre de séances est proportionnel à l’importance de l’objectif à atteindre. Mon expérience laisse une plage plutôt large allant de 3 séances à 16 séances. Certains objectifs s’inscrivent sur du court terme, quand d’autres demandent plus de temps.

 

L’enquête métier : très scolaire mais tellement utile pour ton orientation ou ta reconversion !

L’enquête métier : très scolaire mais tellement utile pour ton orientation ou ta reconversion !

L’enquête métier : très scolaire mais tellement utile pour ton orientation ou ta reconversion !

Tu es en recherche d’orientation professionnelle, de reconversion et tu as bien quelques idées de métiers mais tu n’arrives pas à organiser tes recherches et à faire ton choix ?

Tu as fait le tour des sites sur le net mais toutes ces informations te donnent le tournis ?

Et si nous structurions tout ça ? Tout mettre à plat pour y voir un peu plus clair !

Dans la suite de cet article je t’expliquerai pourquoi l’enquête métier reste encore le meilleur moyen de comprendre les enjeux professionnels d’un métier. Nous verrons ensuite comment faire cette enquête de manière proactive et efficace. Tu retrouveras également à la fin un modèle de fiche métier qui pourra te servir de base de recherche ainsi qu’un questionnaire d’enquête métier.

 

L’enquête métier : pour recueillir des informations concrètes

Une enquête métier passe en effet, au départ par une recherche sur le web mais doit impérativement être complétée par une enquête auprès de professionnels.

Ce sont eux qui sont sur le terrain et qui pourrons te donner une image réaliste du métier que tu idéalises peut-être. En recueillant des informations concrètes sur l’ensemble des aspects du métier : tâche, rémunération, cursus de formation, évolutions possibles …. Cela te permettra de vérifier l’adéquation de tes aspirations au regard de ce que le métier peut t’offrir. Que ce soit avant de t’engager dans une formation ou pour valider ton projet professionnel, ce rdv te permettra de faire un choix éclairé.

Si le professionnel te propose de venir le rencontrer sur place pour te faire découvrir le métier, rien de tel qu’une immersion pour comprendre la finalité d’un poste. Ces étapes d’investigation métier font d’ailleurs partie intégrante du bilan de compétences.

Comment être proactif dans cette enquête pour être efficace

Avant de vous lancer tête baissé à l’assaut d’un professionnel qui pourrait vous répondre, il est primordial de s’organiser !

Construire ou reconstruire son réseau de professionnels

Commence par rechercher les coordonnées des personnes qui seraient susceptibles de te répondre.

  • Réseau professionnel,
  • Réseau personnel,
  • Réseaux sociaux professionnels comme linkedin,
  • Syndicats et fédérations des métiers,
  • Salons professionnels, de l’emploi
  • Les alumnis ou anciens stagiaires de tes précédentes écoles.

 

 

Préparer un questionnaire

C’est tout bête, mais qu’as-tu prévu de poser comme questions ? Quelles sont les informations dont tu as besoin ? Pour comparer ensemble plusieurs métiers, il est important d’avoir les réponses aux mêmes questions !

  • Comment décrieriez-vous le métier ?
  • Quelles sont les tâches quotidiennes ?
  • Racontez-moi une semaine de travail type
  • Quel est le cursus de formation nécessaire ?
  • Quel niveau d’expérience est demandé ?
  • Quels sont les soft-skills ou qualités personnelles requises ?
  • Quelles sont les compétences attendues ?
  • Sur quelle amplitude horaire travaillez-vous ?
  • Y-a-t-il des déplacements à prévoir ?
  • Comment ce métier est-il rémunérer ?
  • Quelles sont les méthodes de recrutement ?
  • Qu’est-ce qui vous plait et ne vous plait pas dans ce métier ?
  • ….

Clé en main : la fiche type de l’enquête métier

Prendre contact avec 8 à 10 professionnels

Pourquoi 8 ou 10 ? Parce que selon son environnement de travail, l’entreprise, les collègues, le secteur d’activité et la personnalité propre du professionnel, les réponses peuvent être très différentes. Certains seront gênés de répondre à certaines questions, je pense notamment à la question de la rémunération, et pourraient ne pas être tout à fait honnêtes. Afin d’avoir un échantillon représentatif du poste que tu seras susceptible d’occuper, il est préférable d’élargir au maximum tes recherches.

Que ce soit par téléphone, par mail, par le biais d’un questionnaire sur le net …. Les questions que tu vas poser doivent être les mêmes pour tout le monde.

Penses que pour recueillir 8 à 10 témoignages, il te faudra certainement contacter plus de 15 professionnels. Certains ne te répondront pas ou seront très évasifs.

Tu as maintenant tous les outils pour faire le point sur les différents métiers qui t’attirent et ainsi faire ton choix de manière éclairée.

Garde également en tête que la direction que tu prends aujourd’hui, rejoint d’autres chemins qui peuvent t’amener par la suite vers d’autres centres d’intérêt, d’autres horizons. Faire un choix n’est donc pas se fermer les autres portes !

Pour aller plus loin, je peux également t’accompagner dans le cadre d’un coaching d’orientation, de reconversion professionnelle ou d’un bilan de compétences. Nous pouvons étudier ensemble ton besoin lors d’un rdv (gratuit). Il sera alors possible d’évaluer quel est l’accompagnement le plus judicieux pour toi.

X