fbpx
06.92.01.53.90 contact@alicetrannois.fr

Que dis le yoga de vos valeurs, vos besoins et vos limites ?

Ce sujet fait partie d'une série de 13 articles

Les apports du yoga dans une démarche de développement personnel

  1. Coaching et yoga : 2 approches complémentaires
  2. Que dis le yoga de nos valeurs, limites et besoins ?

 

 

 

L’APPORT DU YOGA SUR LES FONDAMENTAUX DU COACHING

Selon la pensée Ayurvédique, une non-connaissance et non-prise en compte des valeurs accompagnée de fausses croyances, entraînent un mauvais fonctionnement de Buddhi (l’intelligence, la pensée) et causeraient bon nombre de maladies psychiques comme physiques. Ceci viendrait de notre ego, aspect extérieur du mental, qui crée autour de tout cela, aveuglement et attachement. Un des objectifs du yoga sera alors de faire disparaitre l’égo et ses vikritis, conditions de perturbations et maladies.

Le coaching a pour objectif d’amener une personne à trouver et affirmer sa place dans le monde, à retrouver une paix mentale. Ce travail de recherche et d’introspection peut s’apparenter au jnana yoga, le chemin de la connaissance, de la vérité de soi, à l’aide du mental intérieur et du cœur. Il implique de nous détacher de notre implication extérieure pour investiguer le Soi. Tout un programme !!

 

 

“Accéder à notre véritable soi est simple mais difficile. Cela nécessite d’avoir le cœur paisible, et d’être réceptif à la lumière intérieure”

David Frawley

Pilier N°1 : les valeurs

Les dharma, en tant que lois naturelles, indiquent les fondements des lois universelles, ces lois sur lesquelles tous nos actes devraient être basés. Elles induisent que chacun de nous a son propre dharma nommé svadharma qui nous propose une recherche de notre véritable nature pour répondre aux questions : Quelle est notre place dans le développement universel de la conscience ? Quel est notre chemin de vie ?

Les réponses à ces questions se trouvent également dans nos valeurs, ce qui fait notre essence et ce qui est fondamental pour nous.

En vivant pleinement selon son svadharma, la vie nous assure bonne santé, bonheur, paix intérieure grâce à la connexion qui se fait entre soi et les forces cosmiques.

Piliers n°2 : Les croyances

Elles sont toutes ces choses que nous pensons être vraies et qui ne sont finalement que le résultat de notre mental, des projections crées de toutes pièces par nos peurs ou par notre chemin passé.

Selon la philosophie indienne, et notamment la théorie du Samkhya, le monde extérieur sert à fournir des expériences à la pure conscience, le Purusha. C’est lui qui fournit la matière, Prakriti, à partir de laquelle sera construite toute chose. L’évolution de la Prakriti dans notre esprit se fait sous 3 formes : Buddhi (l’intellect), ahamkara (l’égo) et manas (le mental).

L’égo, Ahamkara, par une série de pensée, fabrique un « je suis ». Cette identification à une existence ne révèle pas pour autant son véritable Soi. L’égo crée des attachements, des fausses croyances et des jugements qui empêchent alors Buddhi de se réaliser.

Lorsqu’elles sont limitantes, ces croyances sont un obstacle à la réalisation de soi. La pensée positive et l’utilisation de mantras permettent alors de projeter une nouvelle énergie. Cela s’explique également en psychologie cognitive par la construction de nouveaux schémas et liens neuronaux qui se créent et forment alors de nouvelles croyances, aidantes.

 

 

“L’âme, en tant que force de volonté, possède une énergie magnétique attirant vers nous tout ce que nous souhaitons véritablement au fond de notre coeur.”

David Frawley

Piliers n°3 : les besoins

La satisfaction des besoins est un des fondements du coaching. Le psychologue A. Maslow a longuement étudié ce sujet pour en faire une représentation graphique, en forme de pyramide. Les besoins existentiels sont catégorisés et hiérarchisés. On ne peut alors rien bâtir si les besoins inferieurs de la pyramide ne sont pas satisfaits.  Tout comme un travail yogique portant sur les chakras.  Si les chakras sont abordés et stimulés de manière désordonnée, ceci n’apportera que déséquilibre. Il en va de même avec les besoins qui, si ils sont non satisfaits ou contrariés ne forment plus une base solide et laissent place à la colère et la frustration.

Je parle ici de besoins fondamentaux et non d’envies ou de préoccupations futiles. Répondre à ses besoins apporte paix intérieure et assurance, quand répondre à ses envies n’est que jouissance extérieure. Il s’agit de se détacher de l’ego, source d’attachement, pour rechercher le trésor divin en tant que besoin. Les besoins matériels apparaissent alors, bien souvent, comme de simples envies.

 

 

“Les préoccupations futiles de la vie quotidienne ne comblent pas nos besoins les plus profonds ; l’Homme à également une soif naturelle  de sagesse.”

Paramahansa yogananda

Pilier N°4 : Les limites

Elles sont les barrières que nous érigeons, ou pas, autour de nous. La place que nous laissons à l’autre et la place que l’on s’accorde à soi. Nous vivons dans un monde où les limites sont difficiles à poser. Des lois et des règles ont été instaurées, nous savons jusqu’où nous pouvons les transgresser, mais jusqu’où sommes-nous prêt à laisser entrer l’autre ? Quelles sont nos propres limites, au-delà de celles qui nous ont été imposées et que nous nous efforçons de respecter ?

Lorsque nous fondons nos actes au regard de nos désirs, nos samskaras,  c’est l’égo qui fait circuler le mouvement du prana dans notre esprit alors que lorsque nous fondons nos actes au regard de nos valeurs, c’est l’âme qui équilibre le prana. Nos samskaras limitent notre flux d’énergie et projettent une identité limitée de nous-même.

Tu as aimé cet article ! Fais-en profiter tes amis :