fbpx
06.92.01.53.90 contact@alicetrannois.fr

Cela fait maintenant plus de 10 ans que je pratique le yoga, et jusqu’à maintenant, lorsque l’on me demandait quel type de yoga je pratiquais, je répondais fièrement : « le hatha-yoga », ne sachant pas que le hatha-yoga était en fait la base du yoga du corps (étymologiquement yoga de l’effort) et non un style à part entière (en tout cas plus de nos jours).

En septembre dernier, j’ai démarré ma formation de professeur de yoga et là, j’ai compris que je connaissais finalement peu de chose de cette pratique et que le peu  que je savais était un mélange de ouï-dire à l’occidental agrémenté d’un soupçon de légendes orientales.

J’ai donc opéré une belle remise à plat que j’ai envie de partager avec toi.

Yoga et coaching : quel rapport ?

Le hatha-yoga dont tout le monde parle, c’est quoi ?

Le Yoga Ashtanga Vinyasa : un yoga pour se décharger

Le Yoga Bikram ou hot yoga : Pratique dangereuse ou pas ?

Le Yoga Iyengar : La forme la plus thérapeutique ?

Le viniyoga ou yoga Krishnamacharya : Une autre forme de yoga thérapeutique

Le kundalini Yoga : ou l’énergie des chakras

Vinyasa flow yoga : Une pratique dynamique tout en douceur

Le Yin Yoga ou Yoga Taoïste

En conclusion

Yoga et coaching : quel rapport ?

Le yoga est une discipline qui met en harmonie le corps et l’esprit. Il permet de vivre le changement de manière confortable et avec un certain détachement. Il est un outil puissant d’accompagnement et s’intègre parfaitement à une démarche de coaching.

Cette discipline allie conscience de soi et maitrise du mental. Elle réunit ainsi toutes les conditions favorables à une vie équilibrée. En se tournant vers l’intérieur, l’activité mentale cesse. Le pratiquant retrouve alors sa vraie nature, avec plus d’énergie, de détermination et de lâcher-prise dans l’action. Difficile à croire hein ! Mais bien sûr que si ! C’est tout l’art du yoga.

Le hatha-yoga dont tout le monde parle, c’est quoi ?

En occident, lorsque l’on parle de yoga, on entend par là pratique des asanas (postures). Toutefois cela n’est qu’un des outils pour arriver à se tourner vers l’intérieur et cesser toute activité mentale. Le Hatha-yoga, qui représente ce travail du corps, prépare au raja-yoga qui est la maitrise du mental dont je parlais plus haut. Il amène un équilibre physique, mental et énergétique.

Ces 30 dernières années le hatha-yoga a énormément évolué et a vu émerger des dizaines de styles différents. Tout en gardant l’essence même du yoga, il s’est doté de dynamisme et de créativité pour répondre à des besoins bien spécifiques à l’occident et à notre société.

Le Hatha-yoga est donc une pratique intégrative d’asanas (postures), de pranayamas (contrôle du souffle) et de méditation dont les courants principaux ci-dessous peuvent répondre à un besoin plus qu’un autre.

Le Yoga Ashtanga Vinyasa : un yoga pour se décharger

Il est enseigné en Inde au début du XXème siècle par Krishnamacharya à des adolescents vigoureux, jeunes garçons brahmanes, sur demande du Maharadjah de Mysore. Pattabhi Jois développera par la suite cette pratique.

Le yoga Ashtanga Vinyasa se pratique soit sous l’instruction d’un professeur soit de façon autonome style « mysore » (chaque élève réalise sa suite d’asanas pendant que le professeur donne des conseils individuels et introduit les postures progressivement).

Le cours se déroule en 6 séries d’asanas (postures) en ordre fixe :

  • La première séries amène une ouverture des voies de l’énergie, les renforce et nettoie le corps de ses toxines,
  • Les secondes séries ouvrent et équilibrent l’énergie autour de la colonne vertébrale et du bassin. Elles renforcent et nettoie le système nerveux,
  • Les séries avancées développent et renforcent l’énergie vitale.

Le pratiquant passe à la série suivante lorsque les précédentes sont totalement maitrisées par une pratique régulière.

Sur toute la durée de la séance, le pranayama ujjayi (respiration stabilisée) conduit à une grande concentration mentale voir à un état de samadhi (méditation).

De mon point de vue, cette pratique reste réservée à un public masculin qui a besoin de se décharger.

“J’ai découvert l’ashtanga-yoga après avoir longtemps pratiqué le hatha-yoga. Je recherchais une pratique un peu plus dynamique que ce que je connaissais. En effet, le côté dynamique était au rendez-vous ! Cette année-là de pratique m’a permis de lâcher beaucoup de choses, notamment une énergie que je commençais à avoir du mal à canaliser. Aujourd’hui j’ai repris une pratique plus douce mais cela me convenait parfaitement à ce moment-là de ma vie.”

Lucie B.

En recherche d'emploi

Le Yoga Bikram ou hot yoga : Pratique dangereuse ou pas ?

Du nom de son créateur Bikram Choudhury. A été créé à l’issu de recherches de la pratique du yoga au regard de certaines pathologies.

Un cours de Yoga Bikram se déroule dans une pièce chauffée à 40.6°C avec un taux d’humidité à 40%. Les 36 postures développées par Bikram Choudhury sont réalisées 2 fois, selon un ordre donné.

Certains ne jurent que par cette pratique et, comme son créateur, la voient comme la seule et véritable pratique du yoga. D’autres la caractérise de pratique dangereuse (risque d’accident cardiaque) au marketing habile et en totale contradiction avec les valeurs du yoga. Les effets bénéfiques mis en avant dans sa méthode thérapeutique n’ont pas été prouvé scientifiquement ni reconnus par les maitres yogis.

La pratique de ce yoga me permet de faire travailler souplesse et musculature, en douceur, en s’adaptant à mes différents maux. Il me rappelle bien souvent les séances de kiné de par le ressenti, mais avec des “exercices” plus subtiles et un cadre tout autre. Sa particularité est l’utilisation d’accessoires pour un travail autre qu’au sol (cordes, sangles) qui offrent la possibilité de travailler avec les murs comme point d’ancrage ou de support et ainsi, accentuer les positions et utiliser la pesanteur différemment. Il fait prendre conscience de son corps, qui parfois peut surprendre ! Il allie parfaitement souplesse, force, acrobatie et relaxation.

Baptiste T.

Electricien créateur d'entreprise

Le Yoga Iyengar : La forme la plus thérapeutique ?

Du nom de son créateur B.K.S. Iyengar à la santé fragile suite à diverses affections durant l’enfance (malnutrition, tuberculose, malaria, fièvre typhoïde). Son beau-frère, Trumalai Krishamacharya lui enseigne le yoga durant 5 ans, ce qui lui permet de gagner en santé. Puis il l’envoie à Pune, enseigner le yoga. Durant cette période B.S.K. Iyengar s’aperçoit que sa santé ne lui permet pas de réaliser l’ensemble des asanas (postures) avec autant d’aisance que nombre de ses élèves. Il introduit alors des accessoires à sa pratique pour aider à un alignement « parfais ».

« Un asana n’est accompli que lorsque toutes les parties du corps adoptent la position correctes, en toute connaissance et intelligence »

B.S.K. Iyengar

Le viniyoga ou yoga krishnamacharya : Une autre forme de yoga thérapeutique

Au début du XXème siècle, comme je l’ai noté plus haut, le maharadjah de Mysore demande à Krishnamacharya de venir enseigner le yoga en son palais. Il enseigne le Yoga Ashtanga Vinyiasa à de jeunes brahmanes et en parallèle amène une pratique douce, à visée thérapeutique aux autres personnes du palais. Cet érudit commence par étudier l’histoire, la philosophie et la pratique du yoga dès 5 ans. A l’adolescence il part à la recherche du sanctuaire de Nathamuni où il reçoit la transmission d’un ancien texte yogi, essence de la pratique du yoga. Il reprend ensuite ses études classiques puis repart à l’aventure, pour approfondir ses études du yoga auprès de Mamohan Brahmachari, dans une grotte, durant 7 ans. Il y intègre une dimension thérapeutique du yoga. A son retour, il étudie l’ayurvéda, médecine traditionnelle indienne. Fort de l’ensemble de ces savoirs, il voit dans son enseignement du yoga des cas singuliers et une pratique individualisée.

Le yoga krishnanacharia se fonde sur les notions de stabilité (sthira) et confort, bien-être (sukham). Le pratiquant ne doit ressentir aucune douleur, dans le cas contraire, c’est que le corps n’est pas prêt à cet asana. Il s’agit alors de cultiver la patience et de suivre son propre rythme, au fil des saisons  et de son degré d’énergie.

Le yoga krishnamacharia se fondant sur la pratique des asanas (postures), des pratikriyasanas (contre-postures), de l’ensemble des pranayamas (technique de respiration) et des principes ayurvédiques, de manière personnalisée, on parle de yoga thérapeutique.

C’est le fils de Krishnamacharya, T.K.S Desikachar, qui vulgarisera par la suite cette pratique et la diffusera sous le nom de viniyoga.

Le kundalini Yoga : ou l’énergie des chakras

Il met l’accent sur la respiration, la psalmodie et la méditation. Introduit par Yogi Bhajan au milieu du XXème, le Kundalini Yoga se concentre sur l’énergie à travers les chakras, les centres énergétiques. Chaque chakra est activé et renforcé progressivement par divers asanas (postures), pranayamas (maitrise du souffle), mantras (chants sacrés) et mudras (position codifiée des mains). Cette pratique intense alimente tapas, le feu interne, par une longue tenue des postures, afin de renforcer le corps physique pour ensuite s’éveiller sur les plans subtiles.

Vinyasa flow yoga : Une pratique dynamique tout en douceur

« Je pratique le Vinyasa flow yoga. Ces asanas presque dansés, me permettent d’accorder mon corps au mouvement de la vie, aux aléas du quotidien. Ils m’apportent souplesse dans mes réactions auprès de mes proches. Ainsi que la maîtrise de mes mouvements lors de mes prises de parole en public. Je suis sommelière, animatrice de dégustation. Alors le flow m’inspire lorsque je lis un vin à haute voie et me permet de ne pas la laisser tanguer. Enfin, et c’est ce que j’aime par dessus tout, ils me permettent de ressentir l’union. Je m’applique à récréer ce lien, cette union entre les personnes qui viennent participer à mes dégustations.”

Flavie est sommelière et propose des dégustations à domicile Degustali

Flavie B.

Cette technique de Yoga est une pratique dynamique du yoga à l’évolution constante, tout en conscience (corps, souffle, mental). Une séance de Vinyasa Flow Yoga est une pratique qui repose sur un thème. Ce thème peut être choisi en fonction de la saison, de l’énergie que l’on souhaite amener, d’une particularité du corps à travailler …. Le choix est vaste. Les asanas sont associés au regard de ce thème accompagnés de la respiration ujjayi.

Le Vinyasa Flow Yoga emprunte les surya namaskar (salutations au soleil) de l’Ashtanga Vinyasa yoga mais également les principes d’alignement d’Iyengar et ses accessoires. Les étapes et la suite logique des asanas sont particulièrement importantes dans le déroulé de la séance pour amener le pratiquant d’un point A à un point B par le biai d’une progression, dans le respect de la personne (principe du coaching finalement !). Chaque cours commence par une intention donnée, une intention propre à chacun qui sera le point focus du pratiquant. Ainsi il peut être posé une intention de détente, de lâcher-prise ou de retour à l’énergie par exemple. Le pratiquant tournera alors sa séance vers cette intention.

Le vinyasa flow yoga intègre la pratique des asanas (postures), des pranayamas (maitrise du souffle), de la méditation mais apporte également des notions de philosophie yogique, d’anatomie et de physiologie.

Le Yin Yoga ou Yoga Taoïste : la pratique la plus douce

Cette pratique relativement ressente ( 90’s) a été pensée par Paulie Zink. Au carrefour du taoïsme et de la médecine chinoise, le Yin Yoga est une pratique douce qui a pour but d’atteindre les tissus profonds en travaillant sur les fascias. Par la pratique de postures longues, ces fascias deviennent plus hydratés et donc plus souples.
L’énergie, le chi, circule dans notre corps par le biais de méridiens. Le yin yoga pose l’attention sur ceux-là afin de fluidifier cette circulation. La respiration longue et profonde qui accompagne le yin yoga favorise le relâchement, la relaxation et la concentration. En ce sens, il est un excellent stimulant du système nerveux parasympathique.

Le yin yoga est un très bon complément à une pratique dynamique, notamment en période de lune (menstruation).

“J’ai découvert le yin yoga il y a 3 ans lors d’un atelier auquel j’ai participé. J’ai appris à me poser et à respirer longuement dans les postures. Le yin yoga favorise le relâchement musculaire et le lâcher prise. Je reste  immobile dans les postures. C’est un pur moment de bonheur et de douceur que je m’accorde dès que j’en ressens le besoin.”

Karine H.

Conseillère en économie sociale et familiale

En conclusion

Ce petit tour d’horizon est loin d’être exhaustif quant aux nombres de style de yoga que l’on peut rencontrer, mais il s’agit bien des principaux.

Chacun des styles du hatha-yoga est issu d’une fusion de différentes techniques avec des apports extérieurs. Le hatha-yoga a donc suivi une large évolution et ne peut se targuer d’être issu directement d’une voie ancestrale.

Chaque pratique est différente et chaque professeur fait également cette différence. Un cours estampillé Vinyasa flow yoga peut être totalement différent de son voisin. Le professeur fait la différence par son approche philosophique, son travail des séances, sa dynamique, sa capacité à proposer des variantes face à un public en difficulté, et surtout, par la relation qu’il entretient avec ses élèves.

Il est important de noter que la profession est encore peu encadrée et que certains peuvent se proclamé professeur de yoga sans toutefois avoir suivi de formation sérieuse. Mais lorsque l’on pratique le yoga, il s’agit bien d’un travail sur le corps, ou avec le corps, et certaines notions biomécaniques doivent être respectées. Alors avant de s’engager sur un cours, il est impératif de tester, de vérifier que le professeur apporte bien une correction des asanas et que la pratique proposée te permet de respecter ton corps (ahimsa).

 

Alors ! Prêt(e) à dérouler ton tapis ?

Tu as aimé cet article ! Fais-en profiter tes amis :